Dark S2 Poster

Le final de la belle saison 1 de la prestigieuse série allemande "Dark" nous avait laissé avec quelques inquiétudes devant la perspective d'un basculement vers la "SF pure" : heureusement, il n'en est rien, et l'ajout de deux nouvelles époques - une dans le passé, une dans le futur - à l'imbroglio temporel développé jusque là fera plutôt long feu, les scénaristes préférant - à juste titre - continuer à explorer les mutliples paradoxes créés par l'imbrication quasi incestueuse des deux familles au coeur de son intrigue. En lui donnant un nouveau tour d'écrou, puisque les voyageurs temporels sont ici multipliés, et que de nombreuses scènes savoureuses vont cette fois confronter plusieurs versions du même personnage, quelques fois dans des face-à-face douloureux.

Le suspense monte d'un cran dans cette deuxième saison avec l'annonce de l'Apocalypse (un thème décidément à la mode) en 2020, et un redoutable compte-à-rebours jusqu'au dernier épisode où... (pas de spoilers ici, rassurez-vous !). L'intelligence de la série est donc de continuer à jouer la carte émotionnelle, en imbriquant douloureusement les destins de personnages égarés à travers les époques, dans un labyrinthe dont la complexité gêne parfois - on aimerait disposer d'un graphique permettant de se représenter facilement où et quand se situe chaque scène ! Pour les amoureux de paradoxes temporelles, "Dark" est une fête perpétuelle, puisque ses multiples intrigues se basent efficacement sur le doute fondamental au coeur du sujet lui-même : est-il possible de changer le cours du temps, ou bien sommes-nous prisonnier d'une boucle appelée à toujours se répéter, quoi que nous fassions ?

L'autre qualité de "Dark" - si nous ne revenons pas sur sa très belle esthétique et sa mise en scène mesurée qui créent une ambiance remarquable -, c'est bien d'avoir échappé au syndrome des séries SF populaires dont "Lost" reste le modèle, et de résoudre dans cette seconde saison à peu près toutes les énigmes construites jusque là. Bref, à condition d'avoir une bonne mémoire, ou de disposer d'un graphique comme celui mentionné plus tôt, le téléspectateur se retrouvera à la fin du dernier épisode avec une bonne vision d'ensemble d'une histoire qui semble à peu près cohérente... soit quelque chose qu'on est bien en mal d'affirmer à propos de la plupart des séries concurrentes !

Reste la dernière minute du dernier épisode, le cliffhanger de rigueur, qui ouvre une nouvelle porte à la fiction, et qui promet un élargissement un peu facile de l'intrigue dans une troisième saison qui n'aurait peut-être pas vraiment eu lieu d'être. Mais après la réussite de cette seconde saison, faisons confiance à l'équipe de "Dark" pour continuer à nous offrir de belles balades et des émotions subtiles au coeur d'un labyrinthe multi-dimensionnel.