Journal de mes 13 ans

Esther a déjà 13 ans, elle est passée en 5ème, elle a eu enfin l'autorisation de son papa chéri - dont le physique rappelle d'ailleurs un peu celui de l'immortel Pascal Brutal - de posséder son Smartphone ! Logiquement, inévitablement plutôt, Esther a dans cette "Histoires de mes 13 ans" des préoccupations bien différentes de celles de la petite fille qu'elle a cessé d'être, et dont la jolie innocence nous ravissait. La mutation amorcée dans le tome précédent s'accentue : Esther a ses règles, elle se voit imposer un appareil dentaire, elle se maquille, sait se faire belle. Elle reste néanmoins l'enfant généreuse que l'on a aimée, s'indignant devant la pauvreté et l'injustice, ouverte à la différence, et pas encore corrompue par l'ambiance délétère que l'on perçoit bien autour d'elle dans ce collège que sa "bonne localisation" ne protège pas des pires "dérives", sexistes en particulier, malheureusement courantes.

L'une des craintes que l'on pouvait avoir avec cette nouvelle maturité de son personnage, était que Sattouf ne retombe dans cette noirceur quasi nihiliste qui marquait sa série "la Vie Secrète des Jeunes", portrait à charge de l'idiotie moderne et de la nouvelle barbarie. Or, il n'en est heureusement rien, et si la bêtise et la violence masculines sont judicieusement pointées ici, l'humeur reste légère et le ton plutôt optimiste : la magie Esther perdure, et l'on croit encore que la famille protège de tout (belles scènes de vacances de Bretagne, rapprochement inespéré avec le grand frère et avec la mère...).

Bien sûr, de nouveaux gouffres de dessinent à l’horizon, qui ne peuvent qu’angoisser les parents naturellement soucieux que nous sommes : la drogue menace, le sexe n'est pas loin, mais surtout nos enfants prennent de plus en plus une allure « d'aliens ». Témoin cette déclaration d'Esther a qui son père propose d'organiser une boum pour ses 13 ans : "Plus personne ne danse au collège. Tu crois que les gens ils dansent ? Crois-moi je connais les gens de ma classe. Ils viendront et feront que regarder leur téléphone, parce que c'est le seul truc qu'ils aiment faire. Ils font ça toute la journée. Tu peux pas comprendre. "Danser" ha ha…" Mais heureusement, le papa qui adore sa fille persévère, et savez-vous ce qu’il advient ? Eh bien les ados vont danser. Les filles au moins…

Remercions donc Riad Sattouf de maintenir ainsi ses formidables "Cahiers d’Esther" à un tel niveau d’excellence (… et de générosité !) : cette série n’est pas loin de constituer ce qu’il aura fait de mieux à date !