2019 02 18 Howlin Jaws Maroquinerie (21)

20h : Howlin’ Jaws, de Paris, je craignais un peu l'exercice de style rockab', et encore plus en voyant la contrebasse et les mèches gominées du trio. Et puis non, à la place, on a eu droit à 30 minutes d’un rock’n’roll certes traditionnel - on va dire millésimé 50's, 60's et même 70's - joué avec virtuosité et intensité à la fois. Lucas Humbert, le guitariste, est particulièrement impressionnant et il soulève chaque morceau, ou presque (Oh Well, Stranger…), vers l'extase. Comme les compositions sont solides (la palme au bagarreur et bien nommé Beer, Liquor and Wine), le chanteur compétent et charismatique derrière sa contrebasse virevoltante, et le batteur très énervé, il y a rapidement une sensation de plaisir total qui envahit une Maro déjà bien remplie. Et la pression monte encore, de titre en titre, le set est de plus en plus énergique, tout en restant très élégant, très classe. Bon, Djivan Abkarian, le chanteur, a tendance – gag ! - à se repeigner un peu trop souvent, mais quand c'est la seule critique – amicale – que l’on formule à propos d'un set, on peut dire que l'excellence n'est pas loin. On finit par un medley réjouissant : tout le monde a la pêche après ça, la soirée est déjà réussie. Merci l'Alligator, merci Howlin’ Jaws !