PoliceDixième tome d'une saga que l'on aurait pu croire / espérer (brillamment) terminée avec le déchirant "Fantôme", sauf que, ne le savions-nous pas déjà ?, l'inspecteur Harry Hole est capable de survivre à une balle dans la tête, et son amour pour Rakel et Oleg à la trahison. Tout cela serait grotesque sans la diabolique habileté de Nesbø qui nous balade une fois encore pendant 500 pages sur les traces d'un (ou deux…) serial killers, en multipliant déraisonnablement les fausses pistes, les cliffhangers et les vrais coups de théâtre. Bref "Police" est presque une caricature de ce que Jo Nesbø est capable de faire, grâce à son style plutôt vigoureux et parfois même poignant, et grâce à l'extrême intelligence de la construction de ses récits.

S'il y a une réserve majeure que l'on peut avoir quant à "Police", ce n'est pas qu'il ne se clôt pas, - puisque la moitié de l'histoire n'est pas résolue et se poursuit même dans les toutes dernières pages (après tout, on est quasiment ici dans le mécanisme maintenant bien connu de la "série télé" avec un dernier épisode de saison qui est une conclusion - pour ne pas frustrer le client - mais aussi une promesse pour la suite - pour l'encourager à être là la prochaine fois…) -, mais c'est plutôt que Nesbø abuse littéralement de cet artifice qui consiste à faire croire au lecteur, en se montrant imprécis sur qui est qui, qu'une chose se passe alors que la réalité est bien différente. Il le fait très efficacement non pas une, mais deux fois - dans l'introduction, puis dans la conclusion -, et les deux fois, on se fait avoir comme des novices !

Bref, même si l'on est finalement content de voir une fois encore les fils d'une fiction ultra-complexe, puisqu'engagée il y a déjà plusieurs volumes, se dénouer et se renouer, même si l'on a apprécié que Nesbø sache sacrifier des personnages-clé de son monde (encore une caractéristique de série TV ?), il est permis de trouver que tout cela est définitivement trop manipulateur pour notre bien.

A ma connaissance, le onzième tome de la saga "Harry Hole" n'est pas encore paru, mais on se surprend à espérer que Nesbø décide de planter tout ce cirque pour passer à autre chose de plus… viscéral, de moins malin.