yeti et compagnie afficheA quoi servent les mythes ? La préservation d'une société et de ses valeurs, voire même la survie de cette société justifient-elle que la religion soit sa seule boussole ? Le politicien a-t-il le droit de mentir pour sauvegarder l'ordre établi ? Ce n'est pas si courant que cela qu'un film d'animation pour enfants soulève ces questions, même si le brillant scénario de "Smallfoot" (réglons tout de suite son compte au ridicule titre français !) peut faire écho à celui du "Magicien d'Oz" ou plutôt du "Zardoz" de Boorman avec cette "découverte de ce qu'il y a derrière le rideau" (de pierres et de nuages en l'occurenxe...).

Faut-il attribuer à la présence du tandem Requa et Ficarra à la production l'intelligence de ce "produit de consommation" lambda dont on n'attendait pas grand-chose ? Remercions en tout cas les auteurs d'avoir évité aux parents accompagnant leur progéniture au cinéma voir des grosses bêtes en peluche trop mignonnes et trop gentilles et trop rigolotes l'habituelle souffrance de la niaiserie réactionnaire et hyperactive de l'animation US contemporaine.

Il reste toutefois les atroces passages chantés (et même rappés, en tout cas dans la version française) et le happy end lénifiant. On ne peut pas tout avoir...

Je suis quand même resté jusqu'à la fin du générique pour voir si nous n'assisterions pas à l'inévitable et logique génocide conduit par les autorités chinoises qui aurait magnifiquement couronné le film... La prochaine fois, peut-être ?