Paranoid S1 afficheIl n'y a, évidemment, pas que des chefs d'œuvre dans la production britannique de séries TV, même si les réussites, en particulier dans le genre policier, sont nombreuses("Boardchurch", "The Fall", "River", "Happy Valley", etc.), et "Paranoid" tombe plutôt dans l'honnête moyenne du genre. Rien de honteux, parce que le sujet est excellent - les magouilles de l'industrie pharmaceutique -, parce que l'enracinement dans la communauté d'une petite ville tranquille - qui est l'essence même de nombreuses séries anglaises - fonctionne encore une fois, et parce que l'idée d'une ouverture sur une enquête parallèle "ailleurs" (ici en Allemagne) offre quand même une bouffée d'oxygène, et ce d'autant que le team d'enquêteurs allemand est finalement plus intéressant. Car le problème, inhabituel, ici, c'est la faiblesse générale de l'interprétation du côté anglais, qui nous donne des personnages incohérents, dont les problèmes amoureux, familiaux ou psychologiques sont plus caricaturaux qu'autre chose : Indira Varma et Robert Glennister sont particulièrement pénibles, avec un jeu outré, souvent terriblement maladroit. Si l'on ajoute que l'écriture - un peu étrangement - place les personnages en retard permanent par rapport à ce que le téléspectateur a lui-même déjà anticipé, l'irritation n'est jamais loin. Reste que "Paranoid" n'ennuie jamais, ce qui est évidemment un bon point. Il y aura semble-t-il une seconde saison : pas sûr que cela ait été nécessaire.