The Fall S3 jaquette

Ah, cette fameuse troisième saison de "The Fall", tellement décriée ! Il ne s'y passe rien, on s'y ennuie, etc. Pas faux, pas faux, et pourtant… Qui a jamais dit, hormis les (nombreux) fans du cinéma de divertissement hollywoodien, que pour être bon, voire grand, le Cinéma (et par extension la Série TV...) devait être trépidant ? Ce qu'ose Cubitt ici, et qui est ma foi, sacrément culotté, c'est nous montrer ce qui se passe après. Après le mot fin de 99,9% des récits de fiction : quel a été l'impact du drame sur ses protagonistes, quelle pourra être la suite de leur vie, s'il y en a une… et puis aussi l'éternel retour sur ces questions qui hanteront tous ceux qui ont croisé la route de "l'étrangleur de Belfast" : qu'est-ce qui a pu faire qu'on en soit arrivé là ? Une démarche complexe, inhabituelle, qui passe par un scénario complexe qui suit en parallèle l'enquête dans le passé de Paul Spector, les tentatives d'un cabinet d'avocat pour sauver leur client insauvable, le lent effondrement de 'inspectrice Gibson dont les fêlures des saisons précédentes sont devenues des gouffres, et l'ultime manipulation (ou pas) du psychopathe, jouant d'une amnésie dont nous ne saurons jamais - et c'est très bien comme ça - si elle était simulée ou non. Le dernier épisode, saisissant, met un terme à ce long voyage d'une vingtaine d'heures dans ce que l'on pourrait appeler "les coulisses" du récit désormais trop classique de "serial killer", et nous donne envie d'écrire que, après "The Fall", il sera bien difficile d'aller plus loin dans le genre.