2018 08 26 RES J3 Jessica93 St Cloud (1)

Il est 19h50, je sprinte vers la Scène de l'Industrie, heureusement proche, pour ne pas manquer le set de nos amis bruitistes de Jessica93 qui débute dans 5 minutes, mais quand je tourne le coin de la scène, une surprise m'attend... car Geoffroy Laporte est seul sur la petite scène ! A-t-il mis fin à son groupe - ce qui serait dommage vu la réputation croissante de Jessica93 ? Ou bien s'agit-il d'une offre décalée spéciale pour RES, ce qui ne serait pas surprenant de la part d'un grand plaisantin comme Geoffroy ?

En tous cas, il a son habituel look de SDF psychopathe, avec cette fois un t-shirt rouge vantant les charmes de la Russie du plus bel effet... Et il va nous offrir à lui seul un envoûtant tourbillon sonore, à mi-chemin entre Cure et My Bloody Valentine, qui triomphera vite de nos doutes, pour décoller finalement dans un sublime déluge de guitare. Il procède à chaque fois de la manière suivante : sur un beat pré-enregistré, il joue la partie de guitare ou bien de basse qui servira de colonne vertébrale au morceau, puis une fois la boucle créée, il s'empare de l'autre instrument, basse ou guitare, pour interpréter la chanson et chanter. Effet hypnotique garanti, et ce d'autant plus que le son est pour une fois impeccable, très fort et très riche : un véritable plaisir pour les oreilles et pour le cerveau. Fermons les yeux et, même si reconnaître les morceaux ainsi interprétés relève de la gageure, laissons-nous emporter 50 minutes durant par ce torrent électrique : un véritable cadeau pour ceux qui aiment encore le son des guitares...

Nous ne sommes malheureusement pas très nombreux devant la Scène de l'Industrie à jouir de ce beau moment musical et à acclamer Geoffroy à la fin de son set... Une désaffection un peu triste illustrant l'échec de cette édition maudite de Rock en Seine.