Marcella affiche

On sait combien "Forbrydelsen" a été en 2007 un choc dans le monde de la Série TV, et sert depuis de référence quasi absolue aux fans de thrillers comme aux showrunners. Si cette "nouvelle recette danoise" appliquée - dans un genre qui devient de moins en moins original et de plus en plus "formulaïque" - un peu partout autour du monde a donné de franches réussites ("Bron" bien sûr, mais aussi "Broadchurch" par exemple), on peut désormais juger qu'il serait temps de passer à autre chose… Même s'il est totalement compréhensible que le Suédois Hans Rosenfeldt, au commandes ici et qui a fait partie de l'équipe de "Bron", se repose sur des mécanismes qu'il connaît bien pour sa première série anglaise, "Marcella" est tellement un copié-collé de ce qui fonctionnait excellement dans les enquêtes de Sara Lund - jusqu'aux pulls de l'héroïne ! - qu'il est difficile de ne pas ressentir un peu d'irritation.

Bien filmé, avec de superbes points de vue sur Londres et sa nouvelle skyline, plutôt bien interprété grâce au professionalisme bien connu des acteurs anglais (... même si l'on peut émettre quelques réserves sur le jeu un peu convenu d'Anna Friel), "Marcella" multiplie donc les personnages, les fausses pistes et les intrigues en parallèle, ce qui en fatiguera certains et enchantera les autres. En fait, les quatre premiers épisodes, jusqu'à la résolution de l'une des affaires qui sont imbriquées dans le scénario, sont excellents, conjuguant le bon rythme narratif et une tension qui ne se dément pas, mais c'est ensuite que les choses se gâtent quand on nous ressert une nouvelle louche de personnages ambigus et que les revirements et coups de théâtre commencent à s'enchaîner à une allure peu vraisemblable... Pour finir sur un dernier épisode frustrant qui ne répond pas à un certain nombre de questions soulevées jusqu'alors : aurons-nous les réponses dans la seconde saison ? Il est permis de l'espérer, car de telles béances dans une intrigue policère décrédibilisent le travail des scénaristes, que l'on accusera aisémment de négligence ou pire, de manque de respect de leur public.

A suivre donc pour pouvoir trancher sur le cas de "Marcella" !