Happy Valley S2 jaquette"Happy Valley" fait donc partie des rares séries TV dont la seconde saison surpasse clairement la première, et vient s'inscrire du coup parmi nos coups de coeur du genre bien spécial de la "série anglaise". Si les prémisses de la saison inquiètent un temps, puisqu'il semble au départ que Sally Wainwright nous propose de poursuivre la même intrigue, on se rend vite compte que, un peu à la manière des grands polars scandinaves (oserons-nous une fois de plus la référence à l'incontournable "The Killing" ?), il s'agisse cette fois de plusieurs intrigues parallèles, imbriquées mais pas trop (heureusement !), qui permettent d'approfondir notre compréhension de cette société misérable et profondément malade (du chômage, de la misère, du manque de véritable structure - voir la scène saisissante des policières "volontaires" !). L'aspect "thriller" se déploie cette fois bien plus amplement sur la totalité des six épisodes de la saison, qui culmine donc dans une dernière heure superbe de noirceur désespérée. La combattivité butée de Catherine Cawood, incarnée avec fermeté et charisme par Sarah Lancashire, place d'ailleurs ce personnage à la fois profondément blessé et pourtant animé par un bel esprit de résistance morale et sociale, parmi les plus beaux personnages féminins de la série télévisuelle récente. Ce n'est pas rien, et on attendra maintenant une troisième saison qui viendra, on l'espère, couronner cette jolie série un peu trop discrète.