Kong Skull Island afficheQue puis-je dire d'un film comme "Kong : Skull Island" ? Que, comme je m'attendais au pire, je n'ai pas pu être déçu ? Que j'ai même passé un bon petit quart d'heure de plaisir régressif durant la première partie du film, devant les belles images et les effets spéciaux efficaces, avant que l'accumulation de scènes de violence et de combats de grosses bébêtes n'ait raison de ma bonne volonté ? Que les citations appuyées de "Apocalypse Now" ont eu un certain charme, jusqu'à ce que j'en arrive à une indiscutable saturation ? Que je me suis étonné un moment de voir autant de vraiment bons acteurs enrôlés pour un film qui n'est fondamentalement qu'une série Z à gros budget ? Ce avant de comprendre qu'on ne leur donnerait aucun personnage consistant à défendre, juste les éternels clichés du film de guerre / d'aventure à ressasser... Que j'ai été finalement étonné par les incohérences permanentes de la narration, et donc par l'incapacité de tous ces professionnels - probablement bien payés - à nous raconter une histoire qui tienne debout et qui puisse à un moment donné nous "emporter" ailleurs, loin de cette salle de cinéma de l'Amérique profonde où il m'avait paru bien plus pertinent qu'à Paris de célébrer les charmes décérébrés d'un autre blockbuster mécanique ? A la fin du film, le public autour de moi s'est levé comme un seul homme pour applaudir (je n'exagère pas), ce qui est quand même une magnifique illustration des différences culturelles. Il était temps d'aller s'enfiler un bon Burger bien gras.