Goliath posterEt si on inventait enfin une nouvelle règle absolue de la Série TV (et du cinéma aussi pendant qu'on y est) ? Du genre : "une série avec Billy Bob Thornton ne peut qu'être excellente" ? Car, avouons-le, ce type, qui a toujours été un très bon acteur, est devenu - en même temps qu'il se faisait plus rare - un truc monstrueux. Littéralement hypnotisant. Dans la première saison de "Fargo", il emportait tout sur son passage. Dans la première saison de "Goliath", polar judiciaire bien troussé de la maison Amazon, il fascine, bouleverse, réjouit tour à tour : il tient la baraque à lui tout seul. Grâce à lui, on ferme sans problème les yeux sur les gentilles invraisemblances d'une intrigue qui pousse un peu loin le bouchon dans le genre "le peuple américain contre les méchantes corporations" (David contre Goliath, donc...), tout en empruntant le chemin bien balisé de la rédemption de l'avocat génial mais dégueulasse devenu alcoolique. A priori pas grand chose de nouveau dans "Goliath", donc, qui mêle cynisme insupportable façon "House of Cards", lesbianisme chic et violence sporadique (mais efficace), sans oublier une belle galerie de monstres comme on a appris à les aimer. Il faut d'ailleurs admettre qu'en "gardien de la crypte" répugnant, effrayant et intégralement haïssable, William Hurt remplit lui aussi largement son contrat. Bref, 8 épisodes un peu capillotractés mais toujours passionnants, qui font frémir, trembler, rire, sans trop s'apesantir sur les faiblesses criantes d'une intrigue "à trous" ou de certains personnages par trop incohérents (la palme revenant au juge, mal incarné par Harold Perrineau, dont on ne saisit jamais le jeu...). 8 épisodes avec Billy Bob dans presque tous les plans.