2016 08 26 TDCC RES (17)

20h45 passé de quelques minutes, la Grande Scène est maintenant occupée par un demi-cercle de grands panneaux lumineux, qui prouvent que Two Door Cinema Club ont augmenté leur niveau d’ambition, et qui vont, indéniablement, rajouter du spectacle au set qui va suivre. TDCC, ce l’est plus en fait que le trio Alex Trimble, le chanteur rouquin à la voix stupéfiante, Sam Halliday, le remarquable guitariste au son si caractéristique, et Kevin Baird, le solide bassiste barbu : les autres musiciens ne sont guère que des accompagnateurs pour les tournées… Mais la première surprise de ce soir, c’est indiscutablement le look d’Alex : cheveux longs, barbe rousse et piercing dans le nez, il n’a plus grand-chose à voir avec le presque adolescent trop propret que j’avais découvert à Lollapalooza il y a un peu plus de 3 ans : une affirmation un peu caricaturale de la “maturité” du groupe ? Pourquoi pas, car dès qu’explose Cigarettes in the Theatre, morceau qui ouvrait le premier et génial premier album du groupe – qu’on comparait alors à un “jeune Franz Ferdinand, en plus dansant (sic)”, il est indéniable que nous sommes ce soir face à une formation puissante, qui n’usurpe pas sa place sur la Grande Scène de Rock en Seine. La guitare de Sam Halliday est omniprésente, et devient dantesque dans le contexte spectaculaire de la nuit qui tombe sur St Cloud et du light show superbe qui nous est offert. Two Door Cinema Club est maintenant un groupe qui déménage, soutenu par un son assez énorme mais parfaitement lisible – et je pense combien les nabots de Bastille ont encore à apprendre pour devenir un tant soit peu crédibles face à un public qui n’est pas si différent, dans le fond (jeune et féminin…) : ceci dit, en cherchant la petite bête, certains pourront regretter ces muscles nouveaux chez des gens dont on chérissait la fragilité, mais je ne pense pas que ce soir, on ait envie de bouder notre plaisir. Car les chansons, enfin principalement celles du premier album, “Tourist History” sont toujours absolument irrésistibles, et le bonheur c’est simplement de chanter en chœur et de danser sur – au hasard - Do You Want It All ou sur What You Know.

Le set ne durera qu’une courte heure – les TDCC auraient quand même pu profiter des cinq minutes supplémentaires que le programme leur avait accordées pour nous gratifier d’autres pépites de “Tourist History”, mais bon… La découverte des nouvelles chansons du futur troisième album, à paraître en octobre ne permet pas de trancher : Bad Decisions est un titre funky inégal, sur lequel Alex prend un falsetto qui évoquera la grande époque de Prince et Michael Jackson, tandis que le single Are We ready (Wreck), déjà connu, est efficace dans un style un peu différent de la pop précieuse des deux premiers albums. Bref, on verra bien… En tous cas, tout le monde a l’air content dans le public autour de moi, et je suis prêt à parier que ce set de TDCC restera dans les mémoires comme l’un des meilleurs de cette première journée de Rock en Seine. On a hâte de les revoir pour leur prochaine tournée à l’occasion de la sortie du nouvel album !