X Live in Los Angeles

X est un drôle de truc en 2005, un phénomène dont on est bien en peine de dire ce qu'on en pense, à part qu'il nous peine un peu, justement. L'ex-meilleur groupe de la scène punk angelena est aujourd'hui une sorte de "tribute band" qui joue les grandes chansons de X à l'identique, note pour note, et ce, d'autant mieux que ce "tribute band"-là, plus fort que les autres, est composé des vrais membres originels du vrai groupe... Bon, j'exagère un peu, et l'excitation peut il est vrai resurgir ça et là, à la faveur d'une phrase un peu plus abrasive ou d'une accélération bien sentie ("Los Angeles", "Year One", "We're Desperate",... l'énergie incroyable et la beauté convulsive des chansons est toujours là...). Mais quand même, quelle drôle de sensation d'être ainsi témoin de la fossilisation d'une musique qui fut, il y a plus de deux décennies, l'une des plus vivantes qui soit. Ce sentiment - évidemment décevant pour un fan absolu du groupe - de fossilisation est d'ailleurs encore plus vivace devant les images du concert, puisqu'on est confronté à l'image du vieillissement normal des corps et des relations (on sait que Exene et John ne sont plus un couple depuis très longtemps...), alors que nous est donnée en spectacle une illusion que tout est toujours "comme avant" : Billy Zoom mouline ses riffs rockabilly avec son habituel rictus figé, John Doe est une locomotive que rien ne semble ralentir, les voix s'emmêlent et se répondent pour notre plus grand plaisir, les chansons nous parlent de nos éternelles difficultés de couples, et le punk rock est la meilleure réponse à l'injustice obscène du monde. Soit un vaste mensonge. Qui fait plaisir mais n'en reste pas moins un mensonge.