Nos Gloires Secretes

L'Art de la Nouvelle est bien différent de celui du roman, on le sait, et "Nos Gloires Secrètes" est une révélation pour qui, comme moi, ne suit Benacquista qu'occasionnellement, plutôt charmé par ses scénarios originaux et efficaces que par son écriture : il se trouve qu'ici, et en particulier dans l'imposante et mémorable nouvelle ("Meurtre dans la Rue des Cascades", un chef d'oeuvre...) qui ouvre ce recueil assez mono-thématique (la vie secrète d'individus retranchés du monde, et leur part d'humanité - ou de monstruosité, c'est selon - bien dissimulée), Benacquista se révèle un excellent styliste, parfois même l'égal des plus grands. C'est quand il se libère le plus courageusement de la dictature de la "révélation finale" que Benacquista atteint la grandeur, qu'il amplifie l'impact émotionnel de ses récits (le bouleversant "Patience d'Ange"). Se dévorant en une paire d'heures, nous plongeant même à l'occasion dans une sorte de transe extatique, "Nos Gloires Secrètes" a tout d'une petite épiphanie...