monsieur jean 1Je l'avoue d'emblée : "Monsieur Jean" et Dupuy / Berberian m'irritent plutôt, avec leur discours finalement assez convenu sur le milieu "bobo" parisien, et un certain nombrilisme complaisant. Il suffit de comparer la gentillesse anodine de leur vision avec la manière dont Martin Veyron étrillait littéralement la société parisienne et le monde de l'Art et des affaires dans les années 80 avec son "Bernard Lermite" pour se rendre compte de combien on est ici dans l'anodin. Les stéréotypes sur l'amour - la séduction, la drague, les coups d'un soir dans les milieux "intellos" parisiens : bâillement ! - sur les copains qui abusent de vous, et pire, sur les concierges, grosses, poilues et hargneuses, ça distrait cinq minutes, certes, mais ça ne fait pas une "œuvre" vraiment consistante : aussitôt lu, aussitôt oublié.

PS : A noter aussi dans ce premier tome, le manque de maturité du dessin, qui évolue au fil des pages, mais dont la simplicité est, il est vrai, assez charmante.