Sunbathing Animal

"Sunbathing Animal", c'est finalement très simple à expliquer : Parquet Courts a réalisé un album de rock new yorkais, sans doute le seul digne de ce nom - enfin, digne des chefs d'oeuvre que la Grosse Pomme a déjà inspirés aux meilleurs rockers - depuis l'apparition des Strokes et leur "Is This It". Sauf que là, on est dans l'héritage direct du Velvet du premier album (rythmique primitive, son qui grince, voix qui provoque, exsudant l'ennui et le mépris) et de Television (ces guitares qui s'entrelacent, tout à la fois mécaniques et sensuelles), voire de Sonic Youth pour le final shoegaze : un héritage plutôt "intello" donc, des références voyantes, un tantinet envahissantes même, mais au moins crânement assumées par le combo texan, qui entend bien enterrer sa réputation de petits punks pas trop finauds. Tout en restant suffisamment excitant pour les accros du pogo (un titre sur deux, en moyenne), "Sunbathing Animal" est un délicieux voyage au sein de l'un des courants musicaux les plus importants de l'histoire du Rock, mi madeleine de Proust (tous ces souvenirs !), mi déclaration d'intention : les textes des chansons, complexes, ambitieux, confèrent une gravité originale à un album qui ne se révèle que progressivement. Le message est clair, Parquet Courts est là pour rester.