sun structures

Les amnésiques et tous ceux nés de la dernière pluie, sans parler des autres qui n'ont jamais fait l'effort d'explorer les arcanes de la pop music (eh oui, on disait comme ça, à l'époque) des années 60, devraient tenir avec "Sun Structures" l'un de leurs disques de l'année 2014 : mélodies efficaces, inventivité sonore redoutable, quelques accélérations et montées en puissance qui mettent le coeur en joie, c'est toute l'intelligence éternelle de la musique anglaise qui se déploie, et il est difficile de faire la fine bouche devant ce mini-festin musical. Pourtant, pourtant, tous ceux qui connaissent les Beatles circa 1967, le Pink Floyd de Syd Barrett, les Byrds des débuts, sentiront un vague - mais indiscutable - malaise devant cette re-création très, très lourde des codes du psychédélisme "classique". Du coup, ils se sentiront beaucoup moins indulgents : Temples a tout de la nouvelle "grande arnaque du rock'n'roll" dont les journalistes musicaux anglais raffolent : look impayable des musicos qui semblent sortir d'une machine à voyager dans le temps, pochette mi pipeau moyen-âgeux, mi Hypgnosis, et ces vieux flashbacks d'acide qui ont - malheureusement - tout du premier degré carnassier. Moi, personnellement, je préfère cent fois le petit jeu ironique auquel s'étaient livrés les Dukes of Stratosfear (XTC) : au moins on rigolait bien !