GravityOn a beau avoir été prévenu par les critiques du monde entier pour une fois unanimes quant à "Gravity", on ne sort pas indemne de la vision du nouveau film d'Alfonso Cuarón (qui nous avait déjá bien secoué avec son superbe "Children of Men", ne l'oublions pas...) : on a passé une bonne moitié des 90 courtes minutes de "Gravity" littéralement accroché à son fauteuil, le coeur et l'esprit complètement tourneboulés, se jurant qu'il s'agit là d'une des expériences les plus marquantes dans la (longue) vie d'un cinéphile. Après ça, en y repensant froidement - mais il est impossible d'assister à la projection du film froidement, qu'on soit bien clair ! -, on trouve encore la force d'émettre de toutes petites réserves, comme un très léger excès de sentimentalisme à deux occasions... Sinon, je ne vois tout simplement pas comment "critiquer", même positivement, ce film absolument parfait, conjuguant la maîtrise de technologies nouvelles avec une maîtrise absolue de la réalisation et de la narration. On a parfois comparé "Gravity" à "2001", non seulement pour le thème "spatial", mais pour la révolution qu'il annonce : c'est une fausse similitude, car Cuarón ne travaille pas dans l'abstraction et le concept comme Kubrick (malheureusement ?) : non, il nous fait vivre une expérience totale, aussi bien physique (ces sensations incroyables de flottement et de dérive...) et émotionnelle, au plus près de ses deux uniques - et magnifiques - personnages, ce qui place "Gravity" au plein centre du cinéma commercial. Un dernier commentaire pour finir : ce film n'est pas à voir chez soi, quelle que soit la qualité de votre Home Theatre... Si vous n'allez qu'une fois dans votre vie dans une salle de cinéma, que cela soit pour "Gravity" !