midnight_in_the_garden_of_good_and_evil"Minuit dans le Jardin du Bien et du Mal" est un bien joli film, souvent négligé au sein de la désormais riche filmographie d'Eastwood : il donne surtout une impression étonnante d'équilibre, de sérénité, Clint se jouant assez élégamment des poncifs liés à son sujet (le Sud folklorique et ses excès de décadence) pour transformer son scénario quelque peu chargé (un meurtre à élucider, une scène emblématique de procès, de la magie noire, des personnages hauts en couleur, de la musique couleur locale...) en une œuvre assez... opaque. Certains - plus confortables avec la logique démonstrative et l'efficacité hollywoodienne - regretteront le traitement "négligent" de la fiction, comme par exemple dans la scène incohérente des "aveux" de John Williams (Kevin Spacey, impeccable d'onctuosité ambiguë). Autres petits "problèmes" du film, la prestation assez incompétente de John Cusack, irritant avec son air perpétuellement ahuri, et jamais convaincant quant à son évolution intime, son intégration dans cette culture différente, mais également une certaine multiplication de personnages inutiles et sous-exploités, comme la blonde girlfriend de service, témoignant sans doute des difficultés d'adaptation d'un roman foisonnant. Mais là n'est pas le plus important : soupçonné à l'époque d'être un cinéaste trop viril et "de droite" pour être un véritable humaniste, Eastwood clouait avec "Minuit..." le bec à ses détracteurs, en filmant avec générosité une communauté homosexuelle : évitant la caricature facile, il réalisait film qui semblait plus AVEC cette communauté (voir le magnifique personnage - réel - de la drag queen Lady Chablis)... Il en va jusqu'au filmage élégant et relâché (pas encore bâclé, toutefois, comme ce sera ensuite le cas dans d'autres films), qui paraît complètement en phase avec l'ambiance de la ville de Savannah, ses traditions figées dans le temps et ses petits délires.