24_Saison_7Après le désastre de la sixième saison, il est rassurant de voir comment les créateurs de "24 heures chrono" réussissent dans cette septième "journée sans fin" à retrouver un peu de la magie stressante des premières saisons, tout en reconnaissant que les temps ont changé, et que le "républicanisme éclairé" qui a été l'image de la série à ses débuts a fait son temps. Net virage "à gauche" (enfin, démocrate) cette fois, puisque l'on a droit à de nombreuses (et pas forcément légères) scènes de "doutes quant à l'utilisation de méthodes coercitives pour faire avouer les terroristes", ainsi qu'à une sorte de réconciliation finale entre Jack Bauer et l'Islam ! Tout cela ne constitue néanmoins pas ce qu'il y a de mieux dans cette septième saison, d'autant que la conclusion suspendue laisse planer un doute sur la contamination anti-démocratique des pulsions sadiques de Jack Bauer… Non, ce qui fait qu'on aime à nouveau regarder "24 heures chrono", c'est l'efficacité retrouvée des scènes d'action, des suspenses infernaux et des coups de théâtre, certes fortement improbables, qui nous poussent à une vision effrénée des épisodes. On déplorera néanmoins des rôles secondaires assez mal interprétés (oui, il y a l'impérial Jon Voight, mais aussi une bonne dizaine de personnages pas crédibles pour un sou), et également le fait que le point culminant arrive cette fois beaucoup trop tôt, à moins de la moitié de la saison : car après les scènes explosives de l'attaque de la Maison Blanche, le reste a vraiment du mal à se maintenir au même niveau...