boardwalk_empireA chaque fois que la Série TV a voulu "rencontrer" le cinéma hollywoodien sur son territoire, en augmentant et ses moyens matériels, et ses ambitions narratives, le résultat a été - pour l'instant - décevant. "Boardwalk Empire" changera-t-il la donne ? Pas sûr, malgré les cautions de Scorsese et Wahlberg : on a en effet l'impression d'assister à une resucée du "Parrain", avec plus de temps pour s'intéresser aux personnages et aux intrigues secondaires, ce qui est certainement l'objectif des producteurs ; on voit l'argent à l'écran (une pléiade de "vrais acteurs", et pas des moins bons, qui jouent "comme au cinéma", de nombreuses scènes de foule dans un décor luxueux, et pas mal d'images digitales pour recréer Atlantic City à l'époque de la Prohibition)... et après ? Eh bien pas grand chose : car "Boardwalk Empire" feuilletonne forcément mal, du fait de son scénario construit comme celui d'un long métrage, mais n'a pas non plus le "souffle" des grandes oeuvres cinématographiques sur des thèmes similaires: il faut dire que, derrière "le Parrain", "Il Etait une fois en Amérique" ou même "les Incorruptibles", il faut assurer pour arriver au niveau ! Finalement, le charme de la première saison de "Boardwalk Empire", ce serait peut-être même au contraire sa relative langueur, ses creux plutôt que ses sommets, la manière très intéressante dont Buscemi, excellent, construit un personnage presque ordinaire derrière les clichés du chef mafieux : eh oui, c'est quand "Boardwalk Empire" prend le risque d'ennuyer son auditoire qu'il gagne en singularité. En tous cas, on regardera la saison 2 avec intérêt...