breaking_badJe ne suis pas allé beaucoup dans les salles en 2011, donnant la priorité à ma vie familiale (le miracle d’avoir un bébé à nouveau…) et concentrant mon peu de temps libre sur les concerts de rock. Si l’on ajoute que Madrid n’est vraiment pas une ville « cinéphile », puisque tout ce qui n’est pas blockbusters US sort très tardivement et ne reste pas très longtemps à l’affiche, je n’ai pas vu la plupart des films qui figurent dans les « listes » des critiques de cinéma (français, en particulier). Pire, ce que j’ai vu des soi-disant « grands films » de l’année 2011 m’a déçu : The Black Swan m’a paru absolument insupportable, comme un mauvais remake des De Palma pervers des années 80, et Drive m’a plu, mais sans particulièrement me toucher, Refn ayant tendance à sombrer dans la seconde partie du film dans une violence graphique des plus gratuites. J’ai donc tiré de tout cela l’impression désagréable que le cinéma a peiné en 2011 à se renouveler une fois de plus, et qu’on a plus tendance à perdre de grands réalisateurs emportés par l’âge qu’à gagner de nouveaux visionnaires. Mais c’est sans doute injuste, vu mon absence de perspective.

Parlons plutôt du monde des « séries TV », car les plus grands plaisirs de l’année ont été vécus devant ces étranges objets que sont les séries modernes. Là aussi, il y a une tendance à considérer que le meilleur est désormais derrière nous (les « Sopranos », les « Six Feet Under »…), et effectivement, le plus grand choc pour moi a été la dernière saison du génial (je pèse mes mots…) Sur écoute, une saison qui date de quelques années déjà, mais qui m’a absolument emballé, une fois de plus. Il est clair que Mad Men (un peu surfait quand même, à mon humble avis), et surtout Breaking Bad sont deux séries ambitieuses et parfaitement réussies, mais sinon, j’ai eu tendance à « vivoter » au rythme des parutions de ces classiques que sont Dexter, Sons of Anarchy, Californication ou Desperate Housewives, des classiques qui ne déçoivent pas. Dans les « petites » découvertes, notons quand même la dernière création de JJ. Abrams, Fringe, qui nous refait, à moindre échelle quand même, le coup de « Lost », soit de la Science Fiction intelligente (Cronenberg et Urasawa sont ici les modèles), mais quand même un peu désordonnée, une fois de plus, au niveau du scénario.

Je suis conscient de ne pas être en mesure de développer la moindre théorie cette fois sur l’avenir du cinéma ou de la série télévisée, mais honnêtement, je m’en moque un peu. Du moment que le plaisir est au rendez-vous…

Mes 10 films préférés de 2011 (basés sur les dates de sortie à Madrid)

1. Minuit à Paris (Woody Allen)

2. Super 8 (JJ. Abrams)

3. La Planète des Singes - Les origines ( Rupert Wyatt)

4. Incendies (Denis Villeneuve)

5. Potiche (François Ozon)

6. Les Aventures de Tintin (Steven Spielberg)

7. True Grit (Joel Coen)

8. Mes Meilleures Amies (Paul Feig)

9. Animal Kingdom (David Michôd)

10. Source Code (Duncan Jones)